Accueil Actu Comment savoir si on a un sol acide ?

Comment savoir si on a un sol acide ?

Lorsqu’on a une terre à cultiver, il faut s’assurer que le sol est propice à la culture du plant que l’on souhaite cultiver. Connaissant la diversité des sols, il est important de s’aider de méthodes pour déterminer la nature de celle-ci avant d’y mettre ses cultures. Il existe donc plusieurs manières pour déterminer si un sol est acide ou basique ou même neutre. Voici quelques moyens simples pour déterminer la tendance acide de votre sol.

Qu’est-ce qui permet de définir l’acidité d’un sol ? 

La visite d’un sol se définit par la mesure de son pH. En réalité, en fonction du pH d’un sol, il apparaît plus aisé de déterminer sa nature et d’en savoir plus sur le sujet. Ainsi un sol avec un pH égal à 7 est un sol neutre. Il s’agit de valeur normale pour cerner le caractère normal d’un élément. Si le pH de votre sol est supérieur à 7 ce dernier est basique ou alcalin. En revanche, il est acide si son pH est en dessous de 7. C’est cet indice qui vous permet de déterminer l’acidité du sol.

A découvrir également : Quel bois pour les margelles de piscine ?

Quels sont les moyens pour déterminer si le sol est acide ?

Lorsqu’on veut vérifier si un sol est acide ou pas, on se sert de plusieurs méthodes. Vous avez le choix entre chacune d’elles, mais vous pouvez également vous en assurer au mieux en vérifiant à plusieurs niveaux.

A voir aussi : Quelles sont les étapes d'un projet d'aménagement de jardin ?

Faites des tests avec le kit de test de pH

Le premier moyen pour connaître la nature de votre sol, c’est d’utiliser un petit kit vendu à cet effet pourvu de papier indicateur (dit « papier pH »). Vous trouverez celui-ci en jardinerie. Il permettra de déterminer le pH de votre sol. Vous aurez juste à prélever un échantillon de terre à 20 cm de profondeur et le placer dans un verre d’eau. Ajoutez-y de l’eau déminéralisée et patientez que la terre se dépose. Trempez ensuite votre papier pH et comparez la couleur obtenue. Une couleur rougeâtre, orangée ou jaunâtre donne lieu à un sol acide. 

Réalisez des tests maison pour en être sûr

Vous avez pareillement la possibilité de faire un petit test assez simple. Il est réalisable chez vous et vous aurez besoin d’une portion de terre. Vous devez :

  •       créer un trou d’une vingtaine de centimètres de profondeur
  •       Prélever, ensuite, une poignée de terre au fond du trou
  •       Placer la terre prélevée dans 2 récipients différents
  •       Dans le premier, versez du vinaigre blanc : si vous voyez une mousse blanche se former, votre sol est à tendance calcaire
  •       Dans le second, ajoutez un peu d’eau de pluie pour les voir de la boue et saupoudrez cela de bicarbonate de soude : si vous voyez ou plutôt si vous entendez un pétillement dû à une légère effervescence, le sol est acide
  •       Si dans les deux cas, vous n’observez aucune réaction, alors vous êtes en présence d’un sol neutre.

Prenez le temps d’observer ce qui pousse dans votre jardin

Vous devez savoir que l’aspect que représente la terre et certaines plantes qui poussent spontanément dans votre jardin sont d’excellents indicateurs du pH du sol.

Il faut d’abord savoir qu’un s’il est acide lorsque son PH est inférieur à 6,1. Ainsi cette terre présente souvent une couleur noire. Ce diagnostic est d’autant plus conforté quand on remarque une absence, dans les jardins, de plantes “typées acides”.

Pour vous assurer que vous détenez un sol à caractère acide, il vous faut vérifier les plantes qui y poussent. Ainsi les plantes bio-indicatrices de sols acides, ces sols sableux et humifères, sont :

Voici quelques plantes sauvages qui caractérisent la nature chimique de votre sol : bruyère, digitale, fougère, aigle, genêt, oseille, prêle, ravenelle et véronique. Il y a également : rhododendrons, châtaignier, hortensia bleu, myrtille, tendance à l’installation de mousse sur les pelouses. Si vous ne voyez aucune de ces plantes sur votre sol, alors celui-ci n’est pas acide.

Grâce à ces méthodes, vous saurez déterminer aisément si vous avez affaire à un sol acide ou d’une autre nature.

Quels sont les risques liés à un sol trop acide pour les plantes ?

Un sol trop acide peut causer quelques soucis aux plantations qui y poussent. Pensez à bien vous pencher sur les risques d’un sol trop acide pour éviter des conséquences désastreuses.

Lorsque votre terrain est très acide, cela peut affecter la qualité et le taux de développement de vos cultures. Les solutions fertiles ont besoin d’éléments nutritifs comme l’azote, le potassium ou encore le phosphore en bonne quantité afin d’accélérer une croissance rapide et durable.

Un sol excessivement acide bloque certains éléments essentiels à la croissance des racines tels que :

  • le fer,
  • le manganèse,
  • et même parfois l’azote.

Il faut aussi noter que tout en dégradant les nutriments contenus dans ce dernier, il réduit aussi leur assimilation par les plantations cultivées. Dans ces conditions donc, les plantes n’ont plus assez d’énergie pour grandir correctement et finissent par dépérir rapidement.

La baisse du pH du sol augmente le niveau d’acidité. Cette acidification crée alors un environnement favorable au développement de certaines maladies fongiques (exemples : la moisissure grise). De manière générale, c’est surtout lors de périodes d’humidité prolongée que les champignons se développent et infestent facilement vos plantations.

Les racines sont alors attaquées, elles se nécrosent et pourrissent parfois. Les feuilles présentent des taches brunes qui s’étendent rapidement jusqu’à causer leur mort.

Il est possible de rendre moins acide votre terrain en employant différentes méthodes. Vous pouvez notamment utiliser une technique naturelle peu coûteuse : la chaux vive ou encore la dolomie. Ces deux produits contribuent à neutraliser l’acidité du sol grâce à leurs propriétés basiques.

La dolomie reste le produit idéal pour améliorer les terres argileuses car elle contient beaucoup plus de magnésium que la traditionnelle chaux vive. La présence accrue de cet élément réduit aussi l’effet d’aluminium toxique sur les plantes.

Le compostage est aussi une excellente solution puisqu’il permettra progressivement, mais sûrement, d’équilibrer le pH de votre terre tout en lui apportant des matières organiques riches utiles aux cultures.

Quoi qu’il en soit, pensez à bien évaluer le pH du sol au préalable afin d’apporter la correction adéquate indispensable à sa croissance optimale.

Comment corriger l’acidité d’un sol pour favoriser la croissance des plantes ?

La correction de l’acidité du sol est cruciale pour assurer une croissance saine et vigoureuse des plantations. Il existe plusieurs moyens efficaces pour corriger un sol trop acide et améliorer la qualité de votre terrain.

L’utilisation d’amendements organiques tels que le fumier, les feuilles mortes ou encore les déchets alimentaires peut aider à neutraliser l’acidité du sol tout en fournissant aux plantations des composés essentiels comme l’azote, le phosphore et le potassium. En ajoutant régulièrement ces amendements au sol, vous pouvez progressivement augmenter son pH jusqu’à atteindre un niveau optimal qui favorise la croissance rapide des racines et leur développement.

Pour corriger rapidement un sol excessivement acide, vous pouvez utiliser la chaux vive ou la dolomie. Ces deux produits sont riches en calcium, ce qui contribue à élever le pH du sol vers un niveau plus neutre. Cependant, vous devez faire attention car ils peuvent causer une suralcalinisation s’ils sont utilisés en grande quantité. Avant d’utiliser l’un de ces amendements chimiques, vérifiez bien leur composition ainsi que leurs effets potentiels sur votre terre.

Vous devez bien mesurer le pH du sol avant toute intervention afin de savoir quelle méthode utiliser pour réguler son acidité. Le pH peut être mesuré à l’aide d’un testeur de pH ou en envoyant un échantillon du sol à un laboratoire. Une fois que vous avez déterminé le niveau d’acidité, vous pouvez choisir la méthode la plus appropriée pour corriger votre terrain et lui fournir les éléments nutritifs nécessaires pour une croissance optimale des plantations.

Pour offrir aux plantations un environnement propice à leur développement, il est essentiel de corriger l’acidité du sol. Les amendements organiques, la chaux vive ou dolomie peuvent aider à atteindre cet objectif, mais il est primordial de mesurer le pH avant toute intervention pour choisir la méthode la plus appropriée.

ARTICLES LIÉS